L’électricien Eneo prend pied dans le solaire, avec une première centrale hybride dans la localité de Djoum

Eneo, le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun, a mis en service, le 25 janvier 2018, à Djoum, localité de la région du Sud du pays, sa toute première centrale hybride thermique-solaire.

La construction de cette infrastructure, confiée à la société espagnole Elecnor (un contrat de 319 millions de francs CFA), consacre l’arrivée dans le photovoltaïque de cette entreprise contrôlée par le fonds d’investissements britannique Actis. « Avec la mise en service du projet pilote de Djoum, nous sommes en train de prouver, par les actes, que le soleil brille pour tout le monde et nous voulons encourager les acteurs économiques locaux à investir dans cette énergie verte qui est aujourd’hui une vraie opportunité », a déclaré Joël Nana Kontchou, directeur général d’Eneo. A en croire ce manager, le choix de l’hybride, pour cette première expérience d’Eneo dans le solaire, tient de ce que cette solution permet, à la fois, de réaliser des économies sur les coûts d’exploitation et de garantir la sécurité sur le plan de l’offre énergétique. Grâce à un champ de 600 panneaux solaires, le plus important au Cameroun, à l’heure actuelle, le parc de Djoum permet de produire 186 kW et est associé à une centrale thermique dotée d’une capacité de production de 1115 kW. « Concrètement, à Djoum, nous injectons dans le réseau isolé en journée, à la fois du solaire et du thermique. Les gains en carburant enregistrés en journée peuvent servir en soirée, pour couvrir toute la demande. En plus, le temps d’exploitation des groupes thermiques est réduit. Ce qui limite en conséquence les risques de pannes et donc permet une meilleure disponibilité des machines », explique Eugène Ngueha, directeur central des activités techniques d’Eneo Cameroun.

A côté de la centrale hybride thermique-solaire de Djoum, le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun, annonce avoir déjà réalisé des études sur six autres sites. Il s’agit de Lagdo, Garoua (région du Nord), Lomié, Bertoua, Yokadouma (région de l’Est), et Ngaoundal (région de l’Adamaoua). Le programme solaire d’Eneo devrait conduire à l’hybridation des centrales thermiques isolées, installées dans ces localités. Par ailleurs, a rappelé Joël Nana Kontchou, le 25 janvier dernier, à Djoum, 35 MW de solaire seront installés dans les localités de Guider (10 MW), Ngaoundéré (10 MW) et Maroua (15 MW), toutes situées dans la partie septentrionale qui est aussi la plus insolée du pays, selon les études de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité. Selon les prévisions d’Eneo, les centrales solaires de Maroua, Ngaoundéré et Guider, pour lesquelles les procédures de passation des marchés sont en cours, devraient être opérationnelles, entre mars et avril 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *