YAOUBA Abdoulaye, le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, annonce que des instructions ont été données pour que trois agropoles de production du riz soient lancées dans les localités de Nkoteng, Nanga-Eboko, et dans le département de la Lékié, au cours du premier trimestre 2018. Cette révélation a été faite, le 15 janvier 2018, lors d’une descente sur le terrain dans la région du Centre du pays, dans le cadre d’une mission de prospection visant à lancer un programme de promotion de la culture du riz dans cinq régions du Cameroun.

Les régions concernées par ce programme en gestation au sein du gouvernement, sont l’Extrême-Nord, le Nord, l’Ouest, le Nord-Ouest et le Centre. Selon les autorités gouvernementales, ce programme devrait permettre au pays d’atteindre une production rizicole de plus d’un million de tonnes, contre environ 100 000 tonnes actuellement.

La CNPS prête à injecter 100 milliards FCFA dans le financement des projets porteurs au Cameroun, entre 2018 et 2022

Dans le cadre de la coopération Cameroun-PNUD, le directeur géné- ral de la Caisse nationale de pré- voyance sociale (CNPS), Alain Noël Olivier Mekulu Mvondo Akame, a reçu le 8 février, à Yaoundé, la délégation constituée de Martin Matthew et Francis Andrianarison du PNUD, et Loïc Chedjou du Ministère en charge de l’économie. Les échanges entre les parties ont porté sur la stratégie d’investissement des fonds de la CNPS pour financer le développement au Cameroun. M. Mekulu Mvondo Akame a déclaré, à cet effet, qu’en ce qui concerne le plan stratégique 2018- 2022, « la CNPS est prête à injecter près de 100 milliards FCFA pour le financement du développement au Cameroun ». Ce qui représente une augmentation conséquente de près de 60 milliards FCFA, par rapport au plan stratégique 2013-2017. Au dire d’Alain Noël Olivier Mekulu Mvondo Akame, chaque année, le conseil d’administration de la CNPS prévoit des financements pour des projets porteurs. Il s’agit de ces projets économiquement rentables, et socialement utiles. Dans ce sens, des prises de participation sont effectuées dans certaines entreprises en création ou existantes. Ceci à condition que leur taux de rentabilité soit supérieur ou égal à 8%, le recrutement du personnel féminin doit être au moins à 20%. Sans oublier le paiement régulier par la structure bénéficiaire de ses impôts et ses cotisations sociales. Entre autres actions de financement, a indiqué le directeur général, la CNPS procède à des dépôts à terme dans les banques, participe aux emprunts obligataires, et investit dans l’immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *