Les habitués de la route nationale qui relie Bafoussam à Yaoundé se régalent chaque jour en fruits, quelle que soit la saison. C’est en traversant le Mbam et Inoubou qu’ils en trouvent le plus : pastèque, mandarine orange, etc. Il est aussi regrettable de voir les quantités de ces produits qui finissent à la poubelle, parce que n’ayant pas pu être écoulés. Ce constat appelle une solution : la transformation. Pour ce faire, il faut donc des unités agro-industrielles. Des études spécifiques diront s’il est possible d’avoir des usines dans le Mbam pour produire des jus de fruits par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *