La notion selon laquelle une université peut être entrepreneuriale et être gérée dans le même sens qu’une entreprise commerciale est encore très récente dans notre système d’enseignement supérieur au Cameroun.

Une chose est certaine, l’entrepreneuriat ne signifie pas un compromis entre les valeurs académiques traditionnelles.

Le CUIB a adopté 5 éléments majeurs pour articuler sa philosophie entrepreneuriale académique à savoir :

Établissement d’une culture institutionnelle et d’une base de direction:

Ce premier élément implique de reconnaître que les universités, en particulier les universités privées camerounaises, ne peuvent pas continuer à être gérées de la manière conventionnelle que les universités publiques sont financées et subventionnées par le gouvernement si elles veulent répondre efficacement à la surcharge de demandes. Les universités privées doivent développer une solide culture organisationnelle d’entreprise et une base pour se diriger financièrement si elles doivent fonctionner à perpétuité. Certaines universités, comme le gouvernement, ignorent souvent cet impératif et continuent de compter sur leur réputation exceptionnelle et leur influence politique pour maintenir les ressources et le statut.

Tous les autres, comme l’émergence des universités privées dans le pays ne bénéficient pas de ce luxe. En se déclarant comme une université entrepreneuriale, CUIB a établi dès sa création une base institutionnelle solide lui permettant de répondre plus rapidement, de manière flexible et cohérente en adoptant une structure organisationnelle avec le conseil d’administration comme conseil d’administration de l’université. la plupart des universités américaines. L’Université gère également un bureau d’avancement et de développement tant au niveau national qu’international. L’université dispose également d’un réseau de comités tels que le comité directeur du président composé d’intervenants internes et externes et le vice-président du personnel et des services administratifs qui travaille avec les gestionnaires hiérarchiques pour gérer les affaires non universitaires de l’université. Les écoles ont un conseil consultatif composé d’experts externes, de praticiens, de chefs d’entreprises, d’entrepreneurs novateurs, de dirigeants d’organisations à but non lucratif et d’organisations gouvernementales qui soutiennent la mission de l’école et contribuent à son développement continu. Il y a aussi le Conseil académique et pastoral qui gère divers comités pour améliorer la pertinence et la qualité des programmes universitaires et des initiatives pastorales de l’université.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *